• Dageor Ormell

    (personnage de Plume de Choucas)

    Prénom : Dageor

    Nom : Ormell

    Surnom :

    Age : 29 ans

    Sexe : Mâle

    Peuple : Félin

    Apparence et image : Dageor est un chat, plutôt élancé et haut sur pattes suivant les caractères se sa famille, mais petit pour la moyenne du royaume. Un a un pelage ras mais soigné, noir, avec le museau, le ventre et le bout des pattes et de la queue gris pâle. 

    Il a des yeux verts, quelques marques d'anciennes blessures dans le pelage, et l'oreille droite un peu abîmée. Il laisse croire que c'était lors d'un combat épique, préférant ne pas avoir à admettre que c'est à cause d'une boucle d'oreille bêtement arrachée dans des branchages.

    Dageor Ormell

    Caractère : Dageor est vif et peu patient. Impulsif, rancunier, il n'aime pas qu'on se moque de lui ou qu'on lui sape l'autorité. Il compense largement sa petite taille par l'efficacité de sa présence : difficile de l'oublier quand il est là.

    Sinon, il peut être de bonne compagnie avec les personnes qu'il apprécie. Il aime avoir quelques amis proches, en lesquels il puisse avoir confiance. Et il peut, d'une certaine manière, être lui aussi digne de confiance.

    Mais il n'est pas très courageux. Il n'aime pas ce qu'il ne maîtrise pas, et si le risque mesuré l'attire, le risque... risqué l'effraye. En publique il cache plutôt bien cette couardise sous un masque de défi, mais elle se ressent en étudiant ses actions.

    Il est donc à la fois emporté et prudent : il aime se battre mais le fait beaucoup à distance (très bon archer), il aime boire mais pas être ivre (en plus il a l'alcool triste), il aime l'équitation mais pas le dressage (de toute façon il ne sait pas faire preuve d'assez de patience)... 

    Je disais qu'il était impulsif : il l'est. Il réagit au quart de tour, toujours dans l'instant, et il a la langue bien pendue. Il sait moins bien planifier, organiser précisément le futur. Ses meilleurs plans sont souvent "on improvisera", et il le fait très bien. Mais ça n'a rien de rassurant pour son entourage, et si il sait plutôt bien rebondir dans une situation, il ne peut pas rebondir pour tout le monde. Ça n'en fait donc pas un excellent meneur, quoique ça dépende des conditions.

    Je disais qu'il était rancunier : il l'est. Il n'oublie jamais un affront, et l'adage "la vengeance est un plat qui se mange froid" s'applique bien à lui. Une vengeance toujours proportionnelle à l'affront subit, mais c'est lui qui jugera de l'importance de cet affront. Et comme il est un peu susceptible voir paranoïaque sur les bord, les affronts deviennent vite importants à ses yeux.

    Mais il n'est pas stupide, et même si il est un peu buté il sait admettre un échec ou revenir sur une décision. A condition d'avoir beaucoup d'arguments dans ce sens, donnés par une personne de confiance et qu'il aie envie d'écouter. Son côté assez imprévisible ne le rend pas facilement manipulable.

    Ais-je oublié de préciser qu'il était arrogant et fier ? Il l'est. En tout cas, il a une bonne couche de fierté et d'estime de soi au dessus de doutes, de complexes, de jalousies qu'il étouffe en essayant simplement de ne pas y penser. 

    Profession exercée : Lieutenant à Roquembrun

    Histoire et famille : Dageor est né d'une fratrie de 5 chatons : 3 mâles et 2 femelles, fils du duc et de la duchesse de Bois-de-Sinople. Ils eurent droit à des percepteurs et maîtres d'arme, de part leur haute naissance. Dageor était bon, il était volontaire... mais il n'était pas le meilleur. Vif d'esprit et intéressé en histoire, mais pas avec une assez bonne mémoire. Agressif et motivé aux armes, mais pas assez doué. Sportif et attentif en équitation, mais pas assez patient. Où qu'il aille, son frère Kevric avait la palme. D'abord une petite rivalité l'incitant à se surpasser, Dageor la mua en jalousie puis en rancune. Une seule satisfaction : Kevric était peut-être doué, mais il ne savait pas gérer une relation sociale et il était très solitaire. Jamais il ne serait choisit pour être duc parmi les trois mâles : un seigneur se doit d'être à l'écoute, doué pour les échanges ; on se fiche bien de savoir si il connait les dates et les protagoniste de la troisième invasion reptilienne en Narthaena. Quand à son autre frère, Friguès, il avait beau l'apprécier par sa compagnie il savait qu'il n'avait aucunement l'ambition de devenir duc. Non, c'était lui qui était destiné à régner sur Bois-de-Sinople, il n'y avait aucun doute là-dessus, et son père le savait très bien.

    Il le savait tellement bien qu'au moment de désigner son successeur...

    "Kevric."

    "Pardon ?! Lui ? Lui le Duc ?! Ce chaton renfermé ? Vous croyez vraiment qu’il va réussir à faire prospérer la région alors qu’il n’arrive même pas à se montrer lui-même ?"

    Il avait alors rivé son regard sur Kevric et s’était approché l’air menaçant. 

    "Si tu crois que tu as mérités cette place mieux que moi… 

    - Alors je ne vaudrais pas plus que toi. Fort heureusement, je n’ai pas ce toupet. "

    Dageor feula en retour : comment osait-il le défier ainsi en public ?

    «  Prouve-moi que tu t’en sortira militairement alors."

    Kevric était peut-être doué au combat, mais en cas de duel Dageor pensait pouvoir le faire tourner à son avantage par le choix des armes et l'opportunisme. En tout cas il ne voulait pas laisser passer ce rôle qui lui revenait de droit depuis toujours !

    "Soit. Je te le prouverais dans la durée. Reviens dans 20 ans. Tu verras que la région se portera merveilleusement bien. 

    - Quoi ?! Non ! Je veux un duel maintenant ! 

    - Tu n’y es pas obligé, Kevric, avait intervenu Naveal, cet idiot n’a plus sa place ici, s’il conteste déjà ton autorité. 

    - On ta sonné toi ? 

    - Je n’aurais jamais cru devoir me séparer de mes frères et soeurs. Mais si tu campe sur tes positions, Dageor, alors tu ferais mieux de partir. Il ne serait pas agréable pour toi de te réveiller chaque matin en me voyant tous les jours à la tête de cette famille. 

    - Quoi ?! tu me renvoie pour si peu ?! 

    - J’ai toujours choisi mon entourage. Et maintenant plus que jamais. Tu as jusque demain soir. » 

    Le matou n'en revenait pas. Ainsi c'était fini, il avait perdu. Il ne vit pas d'autres choix que d'obéir, la queue entre les pattes, et de partir dès le lendemain. Pour où ? Il n'en savait rien pour l'instant. Il allait droit devant lui.

    Et puis il s'est reprit. Il avait encore une vie, un avenir, et c'est lui qui déciderait quoi en faire. Pour commencer il ne comptait pas rester sur les terres de son frère, lui rappelant trop cet affront. Il passa d'abord du temps à Montferrant, accueillit par le duc Godefroy, un félin lui aussi. Puis il entendit parler de la dame Tuilleh de Roquembrun, à peine plus jeune que lui, originaire d'une famille moins élevée, et pourtant héritière d'un duc canin. La situation était à la fois surprenante et inédite, et il s'approcha de Roquembrun. Là-bas, le seigneur était toujours en vie, et accepta de l'accueillir quelques temps. Mais il chaperonnait si bien la féline que Dageor avait peu d'occasions de la voir et encore moins de lui parler.

    De son côté, il était toujours rongé par la jalousie et l'affront de son frère, et si il avait renié sa famille (ou plutôt "été renié de sa famille", mais ne lui dites pas) il n'avait pas abandonné toute ambition politique. Il s'engagea parmi les hommes d'armes de Roquembrun où il continua sa formation militaire. 

    On retrouva un beau matin le corps du duc de Roquembrun partiellement brûlé, et on mit en cause un assassinat politique. Le "traître" fut arrêté et exécuté par la nouvelle duchesse, l'héritière de feu le duc : Tuilleh de Roquebrun. 

    La politique changea légèrement : elle se tournait vers le peuple, agissait enfin d'elle-même, et se débarrassait de ses opposants. Une femme forte, à n'en pas douter. On ignorait toujours pour quelle raison le duc avait décidé de la faire son héritière alors qu'elle n'était pas sa fille et pas même du même peuple que lui (on murmure qu'il était stérile mais recherchait tout de même une descendance), mais pour Dageor cela n'avait aucune importance : il était à nouveau un félin dans un château de félin, et il voulait s'attirer les bonnes grâces de la duchesse. 

    Indépendamment de cela, il avait été promu jusqu'au rang de lieutenant dans la garnison de Roquembrun, ce qui s'approchait le plus d'un chef militaire compétant. Il avait d'autant plus d'occasions de s'intégrer à la cour de Roquembrun.

    Il n'a pour l'instant trouvé aucune occasion de se venger de son frère Kevric, mais n'a rien perdu de son animosité à son égard. Cette journée où il avait été banni de chez lui lui est toujours restée en travers de la gorge.

    Blason personnel : Il a gardé l'or et le sinople de sa famille, mais s'est choisit un nouveau symbole que l'orme des Ormell : la flèche. Plus personnelles, plus appropriée.

    Dageor Ormell

    De sinople, à la flèche d'or posée en bande


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment



    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :