• Haute ville

    Contrairement à la "basse ville", cette partie de Ondémeraude correspond à toutes les habitations et les commercent située sur la partie haute de la colline, et donc à l'intérieur des remparts. Souvent des quartiers plus aisés, mais à peu près toutes les classes sociales sont représentée. Plus on s'éloigne de la rue principale et on s'approche des remparts, plus les habitations serons modestes. Au sommet, évidemment, le château.

    A cozy place by flaviobolla landscape location environment architecture | Create your own roleplaying game material w/ RPG Bard: www.rpgbard.com | Writing inspiration for Dungeons and Dragons DND D&D Pathfinder PFRPG Warhammer 40k Star Wars Shadowrun Call of Cthulhu Lord of the Rings LoTR + d20 fantasy science fiction scifi horror design | Not Trusty Sword art: click artwork for source

    Auberge du Lac

    Place du marché

    Temple d'Aurès

    Portes de la ville


  • Commentaires

    1
    Jeudi 4 Juin à 11:50

    Nuit. Tout était calme, la ville était muette. Pourtant, des bruits de courses se firent entendre. Devant, un homme masqué, à la queue longue. Ses foulées étaient grandes et athlétiques. Il ne paraissait pas s'essouffler, contrairement aux soldats qui lui couraient après. Eux étaient chargés de leur armures et se faisaient distancer bien trop facilement à cause de cette charge. Seulement, le poursuivit était également chargé d'un sac. Mais toujours moins lourd que les armures. Il tourna dans une ruelle. Sa course était de toute évidence prémédité car, le moment de la seconde où les gardes ne pouvaient plus le voir dût à l'angle, le voleur décrocha une ficelle. Pour le moment, rien ne se passa et pourtant tout un mécanisme se mit en marche. La corde s'éleva sur la façade, tourna pour se décrocher d'un balcon et ne retint pus une masse accrochée au bous. Cette masse, en tombant, appuya sur un bous de bois, d'apparence posé au hasard qui, en se relevant (en balance depuis la masse) qui fit tomber un autre bous de bois, lui aussi positionné en balance. Lorsque ce bous de bois tomba, il tira sur quatre ficelles, toutes fines, peu visible. Ces ficelles -raliées à chaque extrémités d'un filet tendu- n'étaient pas de la même taille de manière à ce que le tout se tire en même temps.

     

    La course avait été longue, le temps que le voleur régule le temps qu'il le séparait de ses poursuivant pour avoir un temps similaire au temps que prenait le mécanisme. Alors, il put courir sous le piège, qui au final tomba sur les gardes. Ils 'emmenèrent tous et deux d'entre eux tombèrent. Grym lança un regard en arrière pour s'assurer que le coup s'était bien déroulé, s'arrêta au coin d'une rue pour les saluer d'une révérence faite digne de ce nom et leur lança un couteau, qui retomba à côté du filet. Puis il reprit sa route sans perdre plus de temps. La réjouissance était  énorme. L'adrénaline était à son comble et le tout avait marché. Que demander de mieux ? Enfin, notre bon voleur zigzagua encore quelque temps avant de se rendre face à un rempart très sombre, peu fréquenté. Une corde était passée (en ayant fait trois tours autour d'un des créneaux), et ses deux extrémités retombaient du même côté. Il attacha son précieux chargement à un bous. Lui saisi l'autre bous et commença à grimper en même temps qu'il faisait monter son sac. Vu que la corde faisait plusieurs tours, il était plus compliqué de la faire tourner pour monter son chargement (comme ordinaire) alors le poids de son corps compensait cette force dont il avait besoin pour le hisser au dessus. Ainsi, avec de grands gestes de bras rapides, il monta en même temps que son sac. C'était une partie plutôt très physique mais il y parvint avec quelques gouttes de sueurs. Heureusement, il avait du temps devant lui avant que les gardes ne reviennent. Encore fallait-il qu'ils le trouve. 

     

    Une voix retentie 

     

    - Plus un geste ou je te tranche. 

     

    Grym se tourna vers lui et sourit 

     

    - Bien le bonsoir. J'aurais adoré conversé avec vous mais je crains être un peu pressé. A bientôt. 

     

    Et sans crier gare, il sauta du rempart. C'était plutôt haut, mais Grym n'avait pas le vertige. Son atterrissage fit un "plouf". En effet, il avait prit soin également de creuser la terre en cette partie peu fréquentée de l'extérieur de la ville, l'avait remplit patiemment d'eau et avait rajouter tout un tas d'herbe et de terre pour le rendre pratiquement invisible. Ses pattes touchèrent bien vite le sol et son sac était trop lourd pour le remonter à la nage. Mais de toute manière, il avait pied. Accroupit, il se mit patiemment assit et attrapa une barre de fer, assez grande pour retrouver l'air et respira à l'intérieur. Le silence retomba. L'eau cessa son mouvement. Il put entendre, entre ses quatre murs pas plus gros d'un mètre carré. Sa barre de fer ne remontait que très peu à la surface et était invisible du haut du rempart. Un moment passa, où le chien ne bougeait plus puis enfin, il perçut vaguement l'armure s'éloigner. 

     

    Grym n'eut plus qu'à remonter en poussant sur ses pattes, souleva son sac et reparti dans la forêt bordant la ville, mouillé et bien sal, mais victorieux. Il reprit avec lui sa barre de fer pour ne pas laisser d'indice. 

     

     

     

    Dans la ville, le chien retrouva ses congénères. 

     

    - Tu as dit que tu l'avais !

     

    - Oui, mais c'était avant qu'il ne se jette du rempart ! 

     

    - Il est mort ?! 

     

    - Non. Il y avait de l'eau. 

     

    - Pourquoi n'as-tu pas sauté aussi alors !?

     

    - Parce que tu as vu comme c'est haut ! et puis, il n'y avait des vagues qu'à un endroit. 

     

    - C'était petit ?

     

    - Oui. Je ne pouvais pas risquer de m'écraser bêtement au sol ! 

     

    - En attendant c'est notre voleur qui nous a bêtement échappé. 

     

    - Mais non, ne t'en fais pas. J'ai attendu longtemps, il n'est pas ressortit, il doit s'être noyé. 

     

    - Allons le chercher alors ! montre nous !

     

    Les quatre gardes sortirent par une porte secondaire pour aller enquêté vers ce petit mètre carré et constatèrent que le voleur n'y était pas. Un essaya de plonger dedans. Rien, et c'était clos. Soit on se noie, soit on ressort. 

     

    2
    Jeudi 4 Juin à 15:02

    ~Une semaine plus tard~

    L'aube se levait sur Ondémeraude. La ville se réveillait, les étals s'installaient sur la place du marché, les artisans se mettaient au travail...

    Juste la veille, les cloches du temple avaient sonnées le glas : on venait d'apprendre la mort du roi Roland à son palais de Havreblanc. Un événement politique de la plus haute importance. Une tragédie, un royaume en deuil ! Et, en pratique, cela ne changeait absolument rien au quotidien de la cité.

    Arthur marchait au milieu de la rue principale, remontant la haute-ville vers la place du marché. Il portait sa tenue de voyage : une cape sombre, une tunique de lin peu voyante, et une sacoche de cuir bien gonflée. Le loup connaissait bien la ville et savait où il allait, mais il avait tout de même l'attitude de celui qui cherche quelque chose. Il devait préparer un voyage, un LONG voyage. Des provisions seraient de mise. Une monture l'arrangerait bien. Et puis... les routes étaient dangereuses, c'était connu, et un voyageur esseulé faisait rarement long feu. En discutant avec quelques marchands et tavernier, il espérait apprendre les dates des prochains convois, et peut-être se joindre à l'un d'entre eux... en espérant ne pas avoir trop à attendre.

      • Vendredi 5 Juin à 19:17

        Passant devant une auberge qu'il savait réputée, Arthur songea à entrer dedans pour avoir quelques informations. Après tout, le marché ne battait pas encore son plein et les aubergistes étaient souvent les gens les plus au courant de ce qui se passait dans une ville.

        Il bifurqua donc et passa la porte de l'établissement. Au dessus de sa tête, une enseigne : "A l'auberge du Lac".

    3
    Vendredi 5 Juin à 12:31

    (A propos d'ici, ton Grym... Il est tellement solitaire et insaisissable que j'ai dû mal à imaginer quelle opportunité lui donner pour le forcer un peu à l'interaction. Tu as une idée de ce qui pourrait le faire sortir un peu de son trou ? (ouais, c'est plus que du coup de pouce, c'est clairement de l'arrangement de destin en coulisse... Et alors ?))

      • Dimanche 7 Juin à 11:20

        ( A part sa présence dans les tavernes lorsqu'il repose ses méninges ou pour fêter un coup fructueux, c'est un personnage que je jouerais sans doute seule ^^. Mais c'est pas grave, c'est limite un peu voulu au vu de son caractère. 

        J'avais des projets pour lui… a une époque qui m'aurait obligée à le jouer seule un long moment avant d'avoir des interactions. Mais tu as réduis la cartes du coup mon voyage n'est plus vraiment possible ^^" je dois revoir mes plans he)

      • Dimanche 7 Juin à 11:40

        (Ho, ça dépend... C'est une décision pour favoriser l'interaction entre les joueurs, mais si tu veux résolument mettre ton plan à exécution et que tu n'as pas peur de jouer seule... Rien n'est totalement impossible. Où voulais-tu l'emmener ?) 

      • Lundi 8 Juin à 09:41

        (au royaume aquilin. Pas dans le but de faire un coup, non non. Mais dans un but éducatif) 

      • Lundi 8 Juin à 10:26

        (Ha, oui... Il n'y a vraiment personne là-bas pour l'instant, mais ça lui fait faire un long voyage de toute façon. Et pis j'aime bien ce royaume...) 

      • Lundi 8 Juin à 11:51

        Non mais pas de soucis ^^  comme tu réduis la carte pour ton contexte, je vais garder le même résultat, mais passer par un chemin différent :/ 

        Ou alors il n'y aurait pas un groupe d'Aquilin qui seraient des "migrants" comme nos deux mustins ?

      • Lundi 8 Juin à 12:21

        (Si, c'est possible. Ça pourrait être des marchands ou des ambassadeurs, ou carrément des voyageurs qui voudraient tenter leur chance ailleurs, des artistes, peu importe... On peut trouver toutes sortes de raisons d'avoir la bougeotte.) 

      • Lundi 8 Juin à 12:53

        (génial ! A l'occasion alors !) 

      • Lundi 8 Juin à 13:10

        (Yep! En attendant je fiche la paix à Grym, c'est ça ?) 

      • Lundi 8 Juin à 13:18

        (c'est trop violent ça ! cry 

        Il a une vie sociale quand même… Je te ferais signe quand il sortira de chez lui. D'ailleurs… he faudrait un petit chez lui… )

      • Lundi 8 Juin à 13:27

        quoique… non. On va faire sans, surtout si il bouge souvent

      • Lundi 8 Juin à 19:39

        (D'accord, donc pas d'article de maison, rien du tout. Pas besoin de coup de pousse, toussa toussa. Je te laisse les rennes !)



    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :