• Place du marché

    Medieval market

    Une bonne partie de l'année, la place du marché est la plus active de la cité. Il n'y a qu'en hiver, lorsque les températures commencent à devenir trop basse pour que les marchants ambulants puissent rester tout la semaine devant leurs stands à héler les passants, que le marché est alors ouvert uniquement trois jours par semaine.

    La place est accolée aux remparts qui séparent le port du reste de la ville.

    Rue des Ecailles

    Port

    Havreblanc >


  • Commentaires

    1
    Lundi 27 Août 2018 à 11:26

    (allez, je me lance) 

    Le soleil s'élevait à nouveau dans le ciel, réchauffant les dalles de pierres et les remparts protecteur. La place du marché s'activait à nouveau, les marchants ambulants commençaient peu à peu à passer dans les allées, ceux de stands ordonnaient à nouveau leurs marchandises. Ses senteurs des aliments et des fleurs se mélangeaient à la fraicheur matinale. Les musiciens de rues accordaient leurs instruments et commençaient à chantonner chacun de leur côté avant de commencer leur musique qui ambiançait la rue.

    Sungi marchait paisiblement, déambulait de stand en stand. C'était son quotidien de venir ici, chaque matin, acheter les fruits frais pour le petit déjeuné de ses parents. 

    - Bonjour, je pourrais t'acheter ces mirabelles ? Demanda t-elle en souriant à un jeune marchand. Il avait son propre vergé à côté de la ville et vivait dans sa petite chaumière à côté. Les deux discutaient quelques fois ensemble. 

    - Bien sûr. (il se mit à la tâche et choisi les plus belles) Tu es allé courir dans les bois aujourd'hui ?

    - Oui, comment le sais-tu ? 

    Il fit remuer son nez de chien de chasse pour montrer qu'il avait senti son ancienne transpiration. Un peu gênée, elle sourit en se reniflant mais ne sentit rien en particulier. 

    - Pourquoi fais-tu ça ? 

    - Je t'ai déjà dis, ça me fais du bien. Je me dépense comme ça. 

    Il hocha la tête et lui donna un petit sac tissé de fines herbes avec ses mirabelles à l'intérieur. En échange, elle lui donna deux pièces de cuivres. 

    -Je n'en demande qu'une ! contra t-il. 

    - Garde donc, tu dois en avoir plus besoin de moi. 

    En effet, il n'était pas bien riche et avoir une pièce de cuivre était déjà très bien pour lui. Mais alors deux, c'était très gros. 

    En faisant son métier, elle gagnait moyennement 20 pièces de cuivre pour un voyage moyen. Les grand voyages pouvaient monter à 40 pièces et les petits pouvaient descendre à 10 pièces. Aujourd'hui, elle espérait devoir aller dans une autre ville… Enfin, elle repartit en lui souhaitant bonne chance et se remit à marcher. 

    (j'ai cité l'argent pour que tu me dises si mon estimation de valeur est bonne, car j'ai du mal à m'imaginer. J'ai remplacé les piécettes pour des centimes et les pièces pour des euros… ça va ?)

    2
    Lundi 27 Août 2018 à 12:18

    (C'est à peu près ça... En tout cas, les chiffres que tu as cités sont bien. L'échelle semble crédible.)

    3
    Lundi 27 Août 2018 à 12:19

    (ouf, merci ! du coup je continue toute seule ou tu fais des perso pnj ?) 

    4
    Lundi 27 Août 2018 à 12:19

    (Je reviens cet aprèm, je ne sais pas encore à quelle heure. Pas le temps pour le moment.)

    5
    Lundi 27 Août 2018 à 12:33

    (d'accord ! bonne après midi ! (tiens, c'est bien que tu me le dis comme ça je ne resterais pas collé à mon tel dans l'attente d'une réponse. Du coup, je reviens vers 16-17 h !)

    6
    Lundi 27 Août 2018 à 21:25

    (D'ailleurs, les mirabelles ne poussent pas au début du printemps. Des fraises peut-être ? sarcastic)

    Un peu plus loin dans le marché, du côté qui touchait la rue des écaille, de nombreux préparatifs étaient en cour. Une dizaines de félins et canins, toutes espèces confondues, s'escrimaient à accrocher des lanternes, des gerbes de fleurs en tissus et autres décorations printanières qui devaient donner un air de fête à la rue. Quelques badauds curieux s'arrêtaient pour les observer, et reprenaient leur route la mine réjouie : ça sentait la saison nouvelle.

    7
    Lundi 27 Août 2018 à 21:41

    (ah, je savais pas qu'on était début printemps. Je m'étais callé sur notre saison. Ok, fraise alors) 

    Sungi ne s'y arrêta pas vraiment. Elle y jeta un coup d'œil mais fit plus attention aux espèces confondues plutôt qu'aux décorations. Comment ces chiens pouvaient accepter de travailler avec ces félins trop fière d'eux et de leur souplesses…? Elle baissa le regard. Arrête… Tous les minous ne sont pas comme ça… se rappela t-elle. C'était presque devenu une peur : qu'aucun félin ne lui parle et tout allait très bien se passer… Enfin… Elle décida de se concentrer un peu plus sur ce qui était mit en place et se réjouit de voir les fleurs et les lanternes. Cette soirée, les rues allaient apparemment être agréablement illuminées. Elle se promit de faire un tour si elle le pouvait. La jeune Lycaon reprit son chemin, sans perdre sa bonne humeur. 

    8
    Mardi 28 Août 2018 à 10:52

    (On avait dû l'évoquer avec Sylta et Hadrian, mais ça fait longtemps. C'est aussi indiqué sous le menu "pour les joueurs", avec la date approximative.)

    Soudain, dans la foules compacte du marché, un cri de protestation s'éleva :

    - Au voleur ! Au voleur ! Arrêtez-le !

    C'était un gros chien aux bajoues pendantes qui avait crié, vêtu à la manière des bourgeois. Il tourna la tête d'un côté à l'autre de la place, à la recherche de son agresseur.

    - Lui, là bas ! Avec la queue rayée !

    L'individu désigné n'attendit pas qu'on le dévisage pour réagir et disparaitre au coin de la rue.

    9
    Mardi 28 Août 2018 à 11:02

    (je prends ma douche, j'arrive)

    10
    Mardi 28 Août 2018 à 11:04

    (Pas de soucis... Déjà que je t'ai fais faux-bond hier après-midi... >_<')

    11
    Mardi 28 Août 2018 à 11:30

    ( Oh non ne t'en fais pas ! en tout cas, me voilà) 

    12
    Mardi 28 Août 2018 à 11:41

    Voilà qui ne pouvait pas étonné les passants. Les vols étaient courant pour ceux qui ne faisaient pas assez attention. Déjà, deux chiens s'étaient mit à courser le malfaisant mais il s'avère que le tigre les semait déjà, caché dans la foule. Il se dirigeait droit vers la sortie du marché, là où était Sungi. Seulement, cette queue rayée tout le monde la connaissait. Il s'agissait probablement d'un...tigre. Il arrivait toujours en courant, bousculant des passants. Au vu de sa trajectoire, il était fort probable qu'il passe à côté d'elle. Panique. S'enfuir ? Et ce pauvre chien qui hélait désespérément pour qu'on arrête le voleur ? Puis, un coup de vent, le tigre passait à côté d'elle. La Lycaon ne réfléchit plus, elle tendit sa patte pour l'emmêlée dans celle du malfaiteur. Pour être sur de le faire tomber, ou du moins de vraiment le déséquilibré, elle le bouscula de toute ses forces. 

    Le voleur ne s'attendait forcément pas qu'une petite bourgeoise réagisse et eut juste le temps de faire une mine surprise quand sa jambe ne put passer au devant de l'autre, heurtant celle de la lycaon, et enfin, alors qu'il sautait pour essayer de s'en défaire, il fut poussé. Perdant pied, il se rattrapa juste à la dernière seconde pour repartir. Mais les deux chiens, un berger Allemand et l'autre un Schnauzer noir et grand, eurent vite faire de le rattraper et de l'immobiliser au sol. 

    Sungi resta tétanisée à les regarder sans comprendre ce qu'elle venait de faire… 

    13
    Mardi 28 Août 2018 à 13:48

    (C'était... un chat, mais c'est pas grave. Disons un tigre alors. ^^)

    Le grand félin était étendu à plat ventre sur les pavé de la place. Plutôt maigre, son pelage rayé rongé par la gale ou autre parasite sur la poitrine et la joue, ses vêtements élimés... et aucun doute sur la breloque en perle qu'il serrait entre ses pattes.

    Il leva un regard affolé autour de lui, suppliant du regard les passants, sans résultat. Le chien bourgeois arriva à sa hauteur et remercia chaudement les deux héros de la matinée. En guise de gratitude, il leur glissa même quelques écus avant de récupérer son bien des pattes du voleur.

    - Que quelqu'un appelle la garde... on ne peut pas laisser ce malfaiteur en liberté !

    14
    Mardi 28 Août 2018 à 21:03

    (Bon, un chat, on va dire que dans la vitesse de l'évènement, elle n'a pas vraiment fait la différence. C'est un félin.) 

    - Ou un soigneur ! reprit Sungi en regardant l'état de la pauvre bête. 

    Voler, d'accord, c'est mal. Mais combien de fois a-t-elle put voir des mains coupés pour des vols de basses envergures. Une fois, elle avait eut l'occasion d'interroger un prisonnier. Lui demandant pourquoi l'avait-il fait, celui-ci lui avait tristement répondu, tête basse, qu'il avait une jeune fille qui vivait dans la même misère que lui. Et qu'il avait besoin de cet argent pour lui acheter de quoi se couvrir. Au moins une petite cape car il avait fait affreusement froid, cet hiver dernier. 

    15
    Mercredi 29 Août 2018 à 12:01

    (Sinon, un mélange entre les deux ! Les félins ne sont pas obligés de se marier avec félins de la même espèce.)

    Le gros bourgeois tourna la tête vers elle. Avec la distance et la foule, il n'avait pas pu voir le croche-pied effectué par Sungi pour stopper le voleur et pensait que seuls les deux chiens avaient réussit à le plaquer grâce à leur adresse.

    - Mademoiselle, je vous prie de rester en dehors de cela si c'est pour dire des absurdités pareilles. Il est clair que ce brigand n'a rien pour payer un soigneur, et ce n'est surement pas moi qui le ferait. Il a tenté de me dérober le dernier souvenir de mon père, vous imaginez ?!

    Il lui mit brusquement sous le museau l'espèce de pendentif qu'il avait récupéré, avec une sorte de clapet plaqué or qui contenait probablement un petit portrait, à la mode des nouveaux peintres.

    16
    Mercredi 29 Août 2018 à 15:20

    Sungi fronça l'arcade sourcilière (désolé mais ça me fait trop bizarre de dire sourcils pour un animal. Comme Spirit ! tu as déjà vu un cheval avec des sourcils toi ?!) et eut un retroussement de babine. "Il va baisser d'un ton ce gros bourge mal lavé ?" se retint-elle de rétorquer. Mais elle décida de rester de marbre, ou du moins le plus possible. Qui plus est que ce pendentif agité sous son nez l'irritait un peu plus. Elle le repoussa d'un geste nerveux et reprit.

    - Si je ne m'en serais pas mêlé, ce minou poisseux n'aurait pas été freiné dans sa course. Et si vous étiez un peu moins bourge égoïste, vous chercheriez d'abord à comprendre pourquoi est-ce qu'il volait avant de vouloir l'emmener se faire couper la main. Les souvenirs, vous les avez dans votre tête, et non pas dans ce pendentif.

    Elle voyait bien (je suppose) qu'il n'était pas apte à l'écouter pour le moment, trop énervé pour un petit vol mais, même si elle n'aimait pas les félins, elle ne comprenait pas qu'un chien puisse être aussi égoïste au point de l'envoyer se faire punir trop sévèrement pour ce que c'était. De plus que, ce qu'elle en savait, peut de voleur cessaient après une telle punition.

    Elle coupa toutes réplique de celui-ci et continua en captant à nouveau son attention.

    - Monsieur, écoutez moi donc ! Je vais juste vous demander de vous imaginer pauvre, galleux, vivant dans les rues les plus nauséabondes de la ville. Jusque là, d'accord. Seulement, vous avez un chiot avec vous. Tout aussi souffrant, dont la faim grignote son âme petit à petit jusqu'à le tuer. Allez vous rester les pattes croisées à le regarder mourir ? Et pour vous, allez-vous vous allonger bien tranquillement dans un coin de cette rue et regarder les passants jusqu'à ce que vous fermiez les yeux à jamais ? Ne me ditent pas que ce que je vous dit est idiot, j'ai connu un chien qui vivait cette horreur pendant que bourgeois et nobles roupiaient bien tranquillement sur leur fauteuils. 

    Elle marqua une nouvelle pause et se détendit un quelque peu puis reprit 

    - Alors oui, il est normal que vous ne vouliez pas payer ce voleur, c'est normal que vous lui en vouliez pour son geste. Mais à votre place, j'appellerai quand même un médecin. Après, adviendra ce qu'il adviendra. Peut-être celui-ci refusera de le soigner peut-être pas, mais ça ne sera plus votre affaire. Ce que je veux dire, c'est qu'il n'est autre qu'un simple petit voleur qui n'a rien trouvé de mieux à faire que vous dérober votre… souvenir… mais vous l'avez récupéré, t'en mieux. Passez votre chemin. 

    Elle avait horreur de ce genre de personne. Il allait vite l'énervé, autant qu'elle s'en aille maintenant. Elle se redressa donc et sans même lui laisser une nouvelle fois le temps de placer un pauvre mot, elle fronça à nouveau de l'arcade sourcilière 

    - Enfin, je ne vois pas pourquoi je perds mon temps avec vous. Vous ne valez apparemment pas plus que lui. Voler une main pour une tentative de petit vol. Ce n'est pas équitable. Et je vous remercie, vous m'avez également donné une bonne leçon : aider les riches est une perte de temps, et pourtant comme vous le voyez, je réside probablement dans le même quartier que vous. 

    Sur ce, elle tourna les tallons avec ses fruits et s'en alla, queue haute. 

    17
    Mercredi 29 Août 2018 à 16:56

    Tout au long de sa tirade, on pouvait voir les poils du chien se hérisser. Il bafouilla quelques paroles, sans doute plus touché que ce qu'il voulait le laisser voir, et rétorqua enfin avec une feinte dignité (plus ridicule qu'autre chose) :

    - Mademoiselle, restez polie. Je juge sur les faits que je connais, moi. Pas sur un conte sorti d'on ne sait où et qui... mademoiselle ?

    Elle s'était déjà éloignée, le laissant seul au milieu de la foule, avec le voleur et les deux chiens. Ces derniers, d'ailleurs, ne le laissèrent pas prendre lui-même sa décision : l'un d'eux relevait plutôt brusquement le félin tandis que l'autre s'éloignait pour chercher un soigneur. Le voleur, toujours tenu fermement par le bras, chercha des yeux la jeune canine à laquelle il devait son salut, mais elle avait disparue de sa vue.



    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :