• Sungi

    (Personnage de Fidaè)

    Prénom : Sungi

    Age : 19 ans

    Sexe : féminin 

    Peuple : Canin-félin

                                                                           apparence et image :

    Sungi est une Lycaon aux yeux bleus. Elle a une queue touffue passant du marron tacheté à la naissance, à un simple brun, puis au noir tirant sur le gris pour enfin finir blanc. En effet, son pelage typique de son espèce est particulier et plutôt tacheté. On ne saurais vraiment dire. Il vari en quatre couleur, noir, marron, doré et blanc. C'est très joli. Ses bous de pattes sont blanche puis varient en fonction du membre. Ses yeux tirés sont expressifs et calme. Les traits de son visage ne sont pas dur, au contraire, elle parait douce et souriante. Ses longues oreilles sont ovales et poilues.

    Sveltes et élancée, sa force physique ne repose pas dans ses bras mais ses jambes sont musclés la rend très athlétique. En effet, de part sa race originaire des pays chaud, la chasse était un grand atout de la meute. Les membres la composant pouvaient courir à près de 25km/h pendant 6 à 8 kilomètres. Assez pour provoquer la crise cardiaque chez la proie. Sinon, il était possible d'atteindre les 50 km/h mais seulement pendant 1 kilomètre. Enfin, gardant ses gènes, elle s'entraine encore pour courir le plus longtemps possible. Sa "mère" ne comprend pas pourquoi, même bien après des explication de la jeune Lycaon qui lui répète que c'est par victoire personnelle qu'elle veut le faire. Son but est de courir de ville en ville. Enfin… Un but de jeunesse.

    The Furry Louvre

    Caractère :

    Sungi (dont le mot composé de Sun n'est pas par hasard) est une personne plutôt joyeuse. Disons qu'elle peut être "Jean qui rit, jean qui pleure". On va la dire peut-être un peu lunatique. Mais ce n'est pas très avancé, elle a juste ses humeurs bien à elle et peut passer du rire à la colère à la tristesse en un rien de temps. Enfaite, elle prend très à cœur tout ce qu'elle fait, s'investit vraiment. Elle vit à fond ses émotions. Ce qui fait d'elle une personne très expressive et sensible. Elle a des principes qu'il ne faut pas enfreindre, un petit côté strict ou dur envers elle. C'est une personne qui reste ordonnée dans ce qu'elle fait.

    Positive et aimante, elle est attentionnée envers son entourage.

    Enfin, c'est une personne plutôt agréable à vivre malgré son côté lunatique qui lui fait dire un peu tout et son contraire suivant les jours.

    Mais tout le monde à un côté un peu plus obscure de sa personne. Au vu de sa sensibilité, Sungi a vécue certaines chose qui l'a traumatisé. A juste titre ! et qu'elle n'arrive pas à se débarrasser. Elle a donc un côté un peu dérangé, un peu folle qui ressurgit la nuit en particulier ou après quelque chose qui va lui rappeler. En effet, certaine fois, le visage de quelqu'un en face d'elle va se transformer et en afficher un autre qu'elle ne veut plus jamais revoir. Ses visions sont non contrôlable d'après sa "mère" qui tente t'en bien que mal de lui faire cesser. Dans ces cas là, Sungi peut paniquer, s'enfuir, ou au contraire, foncer sur la personne dans une envie de vengeance.

    Elle a ce besoin d'être entourée (peut-être également du à ses grand ancêtres vivant en meute). Et pourtant, les moments de solitude la soulage. Pas de visage, pas de transformation. 

    Notre jeune Lycaon peut également avoir un caractère bien trempée. On lui a dicté sa vie, on lui a changé, une fois. Pas deux. Elle aime être libre de ses décisions et de ses faits et gestes, maintenant qu'elle en a l'occasion. Ne sachant se battre, elle a en contre parti la langue bien pendue et à un certain sens de répartit.

    Ouverte d'esprit, elle aime discuter et écouter les autres sans les juger.

    Sinon,  un peu plus de négatif qu'on pourrait facilement trouver chez elle :

    Suite à son vécu peu enviable, Sungi est devenu plutôt agressive dans sa manière de répondre. Elle monte très vite dans les tours.

    Associable, elle ne va resté qu'avec un ou une amie et ne cherchera pas à aller vers les autres. Enfaite, elle est même devenue paranoïaque et crois très vite que telle ou telle personne lui veut du mal, mais elle arrive encore à ravaler ce côté parano en journée.

    Rancunière de nature, elle ne va pas trop pousser la dessus mais une crasse est une crasse et elle a bien du mal à pardonner si on ne lui montre pas la preuve qu'on s'en veut ou si on ne fait rien pour être à nouveau proche d'elle. Elle refuse les nouvelles avances, ce n'est pas pour en faire évidemment. Elle ne reviendra que très rarement vers la personne.

    têtue malgré tout, elle aime aller au bous de son idée. Un peu d'insouciance là-dedans.

    Pour résumé, elle est joviale, positive, sensible, émotive, expressive, organisée, strict, généreuse, volontaire, tolérante, ouverte d'esprit, douce et tendre, attentive, perspicace, méticuleuse, ordonnée, franche, mais lunatique, agressive, associable, paranoïaque, rancunière, têtue, plutôt insouciante, plutôt impatiente pour certaines choses.

     

    Profession exercée : Elle a enfin réussi à devenir messagère ! au début, elle le faisait sans avoir vraiment ce métier. Passant de maison bourgeoise en maison bourgeoise pour remettre les papiers, elle a poussé plus loin vers les nobles et a commencée à voyager. Au début, elle mettait beaucoup de temps, car elle était à pied. Puis elle a économiser t'en bien que mal, sa mère également à fait son possible et sa gentillesse à poussé certaine personnes à lui donner un petit pourboire. Enfin, elle a réussi à se payer un cheval, une jument plutôt ! Prénommée Sharan, elle est non nouveau bijou. Avec elle, elle s'est montrée à la cour (pratique car elle y habitait déjà) et eut l'honneur de devenir une messagère de la famille royale. 

     

    Histoire et famille :

    Sungi est né dans une "troupe" très peu fréquentable. Ceux-ci vivaient dans la foret du sud, dans un espèce de camp aménagé. Voleur, "mercenaire", joueur, chasseur. Enfin. Ce n'est pas un bien bel endroit. Sungi avait très peur de plus de la moitié des personnes et remerciait je en sais qui pour les quelques moments de paix qu'elle avait lorsqu'elle partait chasser seule. Elle courait ! Jusqu'à l'embouchure du fleuve Lazurit. Enfin, elle était contrainte de revenir une fois retrouvé à la nuit tombée par sa mère. Se prenant des fois quelques claques dans la figure, son aînée espérait lui faire passer l'envie de partir. Mais comment vouloir rester alors que le soir, on entendait quelques cri de douleur féminin ? Elle n'était pas encore assez âgée, mais elle savait que plus le temps avançait, plus elle se rapprochait de cette horreur. Heureusement pour elle, ou pas, un beau jour, ce camp fut attaqué. Elle en sut jamais par qui ni comment mais ni une, ni deux. Elle se retrouva faite esclave à l'âge de ses 15 ans.

    Le soir de l'attaque des possibles pirates (car elle s'est retrouvée sur un bateau, au milieu de plusieurs cadavres et de femmes ligotés), ce soir tant redouté arriva quand même. Un tigre d'une trentaine d'année la défit de ses liens, la saisie par le bras et l'entraina de force dans une pièce. 
    Sungi (qui ne s'appelait pas ainsi à l'époque mais Agara) se débattit tant qu'elle pouvait. Dans un élan de peur mélangé à de la colère et de la férocité (tant apprise dans son lieu de vie, dent pour dent, œil pour œil) le mordit avec le plus de force possible au bras. Elle sauta dessus pour tenter de le mordre à la gorge. Elle n'était plus vraiment elle même. Ses dents claquèrent à côté de la joue du tigre, qui n'eut pas de mal à repousser la sauterelle rebelle d'un coup en plein visage. Elle se vit voler et retomber lourdement à terre. Le sang coula de sa joue. Sonnée, elle ne put se relever et tituba. Elle regarda rapidement où elle se trouvait mais sa vision flou ne lui permit pas d'identifier quoi que se soit, si ce n'est la forme musclée de son agresseur. Elle savait qu'elle ne pouvait plus y échapper. Le pirate s'accroupit à côté d'elle et devint soudainement mielleux. Doux. Enfin, je passe les différentes étapes du viole, vous avez comprit qu'elle en ressortit aussi abimée physiquement que mentalement. Dans ses folies nocturnes, voilà le visage du tigre qu'elle retrouve. Sa haine envers les félins n'a fait qu'augmenté.

    Elle fut à nouveau ligotée et passa encore quelques jours à bord de ce navire. Affaiblie, peu nourrit. Elle les regarda attaquer un petit village en bord de mer et se laissa à nouveau repartir.

    Un beau jour, ils décidèrent de les vendre en forêt. Les acheteurs furent plutôt nombreux. Vint son tour. Elle fusilla du regard tout le monde présent à l'assemblée. Cracha sur les plus proche et reçut quelques coups derrière la tête. En se relevant, elle aperçut une nouvelle arrivante, une berger Australien de bon sang, à n'en pas douté. Belle, plutôt âgée, elle chevauchait un cheval bai. Accompagnée d'un autre berger belge cette fois, un peu plus âgé qu'elle. Ils s'arretèrent, échangèrent quelque mot puis elle s'approcha et ordonna le silence de sa posture. Parlant d'une voix audible.

    "Laissez moi acheter celle-ci."

    l'enchère commença, car il s'avérait que d'autres malsain comptait profiter de notre Lycaon. Mais la bourgeoise , richement vêtue, eut évidemment le dernier mot.

    Agara la rejoignit et fut aussitôt libérée de ses liens.

    "Viens ma grande, ce trou galeux n'est pas pour toi." Elle la fit monter derrière elle et la ramena à la citadelle après l'avoir couvert de la cape de son homme.

    On l'emmena dans le quartier bourgeois de Havreblanc, puis dans les appartements de cette bonne femme. On l'habilla d'une robe mais Agara ne s'y trouva pas à son aise, trop coincée. Soupirant doucement, la berger Australienne l'habilla d'un pantalon et d'une tunique, ce qui ressemblait bien plus à ses habilles habituels.

    Elles discutèrent, longtemps, près du feu, une bonne tisane à la main. La bourgeoise se nommait Phi et le bourgeois August. Ils s'avèrent que toute leur vie, ils n'avaient jamais pus avoir de chiot et qu'elle eut pitié d'elle et de son état. C'est pour cette raison qu'ils la recueillirent. C'est également lors de cette discussion, qu'elle raconta tout ce qu'il lui ait arrivé, et qu'elle fut renommé Sungi. Car, d'après la bourgeoise, elle fut comme un rayon de soleil, une lueur d'espoir de pouvoir enfin élever une jeune chienne. Elles apprirent à se connaitre et s'aimèrent dès le deuxième jour. L'intuition de la vieille chienne avait été bonne et le courant passa tout de suite bien entre elles. Le mot "mère" vint naturellement après un an. Elle apprit à coudre, à faire à manger mais à également se débrouiller, trouver un métier. A l'aider dans la vente car il s'avère qu'elle était une marchande de renommée.

    C'est ainsi qu'elle avoua sa grande passion pour le voyage et que August lui conseilla d'essayer de devenir messagère. Car un messager et toujours un peu plus sûr qu'un corbeau ou un pigions. Elle accepta avec joie et commença à se faire voir dans ce métier. Passant des bourgeois au noble, puis achetant sa jument Sharan. Elle n'était pas très grande mais résistante et athlétique. Rappelant un peu le mélange entre le quarter-Horse et le mustang. Deux race très bonnes en endurance. Comment ne pas l'aimer. Alezan Sabino.

    Cheval Alezan Sabino 4 by Spleenette

    Puis enfin, messagère confidentielle du roi. Elle n'aime pas plus les félins et ne se trouveras peut-être pas affecter à la mort de celui-ci mais elle est encore le seul qu'elle apprécie.

    Son lieu de vie est donc, les pleines aux alentours de Havreblanc, le quartier bourgeois et la citadelle. Elle rêve de recevoir sa première mission : courir porter une lettre dans une autre ville plus lointaine.

     

    "Avance toujours tant que la vie continue. Elle réserve des bonnes surprises."


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment



    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :