• Zeebelinard

    (personnage orphelin)

    Prénom : Zeebelinard

    Surnom: Zeeb aux mains vives

    Age : 16 ans

    Sexe : M

    Peuple : Aquilin

    Apparence et image :https://orig00.deviantart.net/cb93/f/2017/058/4/a/zeeb___aarakocra_dnd_character_by_silkynoire-db0lauf.png

    Zeeb est un aquilin à corps de corbeau mais à bec ressemblant plus à celui d’un aigle. Entièrement de plumage noir, sauf pour ce qui est du bec et des pattes, ses yeux brillent continuellement d’une lueur maligne ou amusé. Il n’y peut rien.

    Ses ailes sont assez courtes, mais lui permettent de voler tout de même. Ses pieds sont terminés par trois doigts, comportant trois serres effilés mais plates par en dessous, signe qu’il s’en sert beaucoup pour se poser sur les arbres, ou sur toute surface où un aquilin puisse atterrir. On peut voie au traces sur ses doigts qu’il a souvent manié des cordes. (Arc, instrument, ficelles …)

    Caractère :

    Zeeb est un jeune aquilin à la tête pétri des idées de son peuple : gagne ton rang, deviens en digne par la force des armes. Curieux de nature, Zeeb est la plus part du temps sur actif, posant sans cesse des questions. Le jeune homme aime parler d’histoires sombres, envoutantes, mystérieuses … incollable sur les croyances et les histoires des autres peuples, il a une très bonne mémoire, et aime les bonnes blagues.

    Impossible de rester en place avec lui. Ce n’est pas une lumière, mais sa compagnie n’est pas désagréable, d’autant plus qu’il a un véritable dont pour raconter les histoires.

    Vous l’aurez compris, Zeeb admire beaucoup les troubadours, trouvères, baladins de tous genres. N’aime pas ce prendre la tête et a des raisonnements simples sur tout. Tout est simple avec lui, et chaque problème à sa solution. Assez futile, il aurait tendance à avoir un comportement d’enfant, s’émerveillant sur les choses très simple et jouant à des jeux qui ne sont plus de sont âge.

    Aime tirer à l’arc et voler, mais n’a jamais été bon à l’épée ou à toute arme au corps à corps. Son rêve est de devenir un rodeur accompli, car le jeune homme a bien compris qu’il n’arriverais pas à faire valoir ses dons chez son peuple.

    Ne craint pas grand-chose. Il a toujours sût ce tirer d’affaire, mais sa seule vraie peur est qu’il ne puisse plus voler.

    Compréhensif et généreux, Zeebelinard est toujours prêt à donner tout son potentiel pour tout le monde. Très fier de pouvoir voler, il ne comprend pas le fait que cela ne puisse pas attrister les autres de ne pas avoir d’ailles … Alors la plus part du temps, il s’abstient de voler en compagnie d’autres personnes.

    Ses mains sont agiles : en un rien de temps, le chapeau que monsieur portait sur sa tête disparait. Le collier de madame se volatilise.

    Car il faut bien le dire : Notre aquilin n’est pas forcément le plus innocent des jeunes de son pays. Dans son esprit, tout à un prix, et gaspiller est stupide. C’est qu’il ne connait pas grand-chose à la richesse …

    A la vengeance facile, mais non pas méchante…. Ce serait plus tôt, dans son vocabulaire, une « juste farce »

    Ne supporte pas les gens qui chantent faux, les escrocs et les prétentieux.

    Profession exercée : Pour le moment il vagabonde … Mais Zeebelinard espère bien trouver un rodeur qui lui apprendra les ficelles du métier.

    Histoire et famille :

    Zeebelinard, de son surnom Zeeb, a été trouvé dans une ruelle sombre de la ville par un groupe de voleurs à la tire. De par son apparence, on en déduisit qu’il avait des origines mêlés de corbeau et d’aigle.

    Les voleurs, qui n’était pas de méchant bougre, le recueillirent en leur sein, et le formèrent dès son plus jeune âge. Ainsi, à 1ans, et bien malgré lui, le jeune bambin savait déjà rapporter de l’argent : Il suffisait de le placer de nuit sur une place pas trop fréquenté, ou à un carrefour, et d’attendre. Zeeb était un charmant bébé, qui souriait toujours à tout le monde. Ainsi, des gens s’arrêtaient prêt de lui, l’examinaient… et se réveillait quelques heures plus tard, une bosse sur la tête, et allégé de leur argent.

    Le jeune aquilin ne grandit donc pas vraiment dans un entourage sein.

    Cela dit, l’ambiance dans le repère de voleur n’était pas sombre et mauvaise, comme beaucoup pourraient ce l’imaginer. D’abord, il y avait toujours de la lumière, car la bâtisse était construite en pleine forêt, dans une clairière. Et puis les voleurs n’étaient sans doute pas sans scrupules, mais ils n’ont jamais eu de mort sur la conscience.

    C’était un groupe de jeunes gens pauvre, mené par un homme d’âge plus mur, ancien bandit de grand chemin.

    Le soir, au coin du feu, les jeunes voleurs se retrouvaient, chantaient et dansaient autour des flammes, avec le seul besoin de s’amuser et de vivre au jour le jour.

    Zeeb a donc été très bien formé. Chaque jour, il partait chasser avec son arc et ses flèches, car chaque membre du groupe chassait pour son propre compte. Son seul but à lui était de survivre avec ou sans ses amis, car très vite au cours de sa jeune carrière, il comprit qu’on ne pouvait vraiment compter que sur soit même en mission.

    Ce qu’il aimait dans sa vie d’aventure et de danger, c’est qu’aucune journée ne ce ressemblais. Seulement, un jour, il en eut assez de vivre seulement des rapines de la même ville. Il fit donc ses adieux à sa seule « famille », qui le laissèrent partir à regret, mais de bon cœur. Zeeb avait alors 15 ans.

    A partir de ce jour, il voyagea un peu partout, rencontra beaucoup de gens de mœurs différents… Pendant quelques mois il rentra dans une troupe itinérante de baladins, qui lui apprirent leur art, voyant avec plaisir qu’il retenait les moindres détails de ce qu’il voyait et entendait. Puis, il partit de nouveau, car musicien n’était pas sa voie, bien qu’il gardât toujours avec lui une sorte de petit violon en bois de cerisier, et qu’il s’en servît souvent.

    Maintenant, Zeeb aux mains vives cherche désespérément un maître rôdeur, car il veut à tout pris en devenir un un jour. Il est vaguement au courant que cette guilde est réservée au mustins, mais cela ne l'empêche pas de rêver.

    Reste à savoir si quelqu’un aura la patience de lui apprendre..

    "Je ne pourrais vivre sans voler … dans les deux sens du terme"


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment



    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :