• Chapitre 7 : le roi est mort, vive le roi (Mercurio)

    Mercurio était assis à son bureau, triant grossièrement les rapports de ses mercenaires. Il avait envoyé un groupe à l'ouest sous le commandement du loup Rodrigue (jouable !) pour éclaircir une histoire d'impôts non payés à la couronne. Soudain une souris grise, à peine plus petite que lui, entra dans la pièce en catastrophe.

    - Messire ! C'est terrible ! On vient de l'apprendre... Le roi est mort !

    Le rat garda contenance, reposant ses papiers et ses encres. Enfin. ENFIN il se décidait à rendre l'âme. Deux jours et une nuit que les médecins étaient à son chevet, essayant tous les remèdes de leur connaissance, faisant appel aux meilleurs herboristes... Pour que finalement Roland Havreblanc rende l'âme en cette matinée de printemps de l'année 882.

    Le rat contourna son bureau pour se rapprocher de la souris.

    - Merci Madeleine. Tu peux disposer.

    Il affichait une mine contrit, voulant sembler le plus désolé possible. Il n'était qu'un pauvre rodentien, tout aussi affligé que le reste de la cour. Il n'avait JAMAIS versé la moindre goutte de poison dans la coupe du roi lors d'un repas. Son rapprochement avec le prince Sirius n'était qu'un malencontreux hasard avec cette tragédie.

    Pendant que la dénommée Madelaine quittait la pièce avec précipitation, Mercurio se préparait à rejoindre le prince.

     

    Kadôs du nouvel an

    Sirius avait déjà apprit la nouvelle. Mercurio le trouva dans les jardins, perché dans un arbre. Avait-il vraiment comprit qu'il était désormais le roi ?

    - Sirius ? C'est moi, Mercurio.

    Le jeune prince sembla enfin le remarquer mais ne daigna pas descendre de sa branche. Il ne pleurait pas, mais on devinait la douleur sur son visage.

    - Je suis vraiment navré de ce qui vous arrive, compatit Mercurio avec une tristesse forcée.

    Il laissa un petit peu de temps s'écouler, puis, voyant que le prince ne répondait pas, ajouta ensuite :

    - A présent... il semblerait que vous soyez le roi.

    Cette fois, Sirius planta son regard doré dans les yeux du rat. Difficile de savoir ce qu'il pensait... Mercurio ne pouvait que supposer.

    -  Je sais à quel point cette tâche vous repousse, et connaître la mort d'un proche n'est pas un moment facile... Mais vous ne pouvez pas refuser votre devoir, le royaume compte sur vous. Nous vous aiderons, soyez-en certain. JE vous aiderai !

    Le jeune chat daigna enfin descendre de son perchoir. Il se laissa glisser, la tête en bas, se rattrapa par les pattes et se remit à l'endroit par un vif mouvement de balancier. Il était agile, pas de doute. Mais un roi n'avait pas besoin d'être agile. Un roi avait besoin d'être patient. Et si Sirius avait beaucoup de choses pour lui... il n'avait pas la patience.

    - Oui, je vous offre mon aide, et si vous l'acceptez j'espère pouvoir ôter un poids de vos épaules.

    Sirius ouvrit enfin la bouche, pour la première fois depuis le début de leur échange. Comme dans un soupir.

    - Tu es bien aimable, Mercurio, mais j'ai peur que tu ne puisses pas grand chose...

    - Détrompez-vous mon prince... ou devrais-je dire : mon roi. Je suis votre conseiller officiel, souvenez-vous-en. Lorsque besoin sera, je pourrai parler en votre nom. Et vous aider lors des décisions difficiles. Il y a certaines tâches auxquels vous ne pourrez pas couper : la justice royale, les banquets, les réceptions... Mais vous êtes bien jeune pour tout un royaume. Je vous aiderai.

    Sirius hocha simplement la tête, trop abattu pour débattre plus. Mercurio se tut aussi, la mine toujours sombre, mais au fond il exultait. ENFIN. Le royaume était à lui. N'en déplaises aux stupides traditions de ces stupides félins et canins !


  • Commentaires

    1
    Vendredi 12 Juin à 16:17

    Oooh ! Mercurio je t'aimais bien pourtant ! Je ne savais pas que tu avais des plan machiavélique comme ça ;-;

     

    Sinon j'aime beaucoup ! ^^ 

    2
    Samedi 13 Juin à 11:03

    Haha...."A la cour, nous voyons les pétales. Mais nous avons trop tendance à oublier les piquants qui se cachent derrière." Tant mieux après tout si il arrivait même à tromper les lecteurs et joueurs.

    Et surtout, tant mieux si la façon de tourner la chose te plait ! On n'aura pas à le refaire ! Contrairement aux précédents, je n'ai pas prit un chapitre par le regard de Sirius, afin de ne pas trop m'avancer sur ses sentiments... Tu en encore très libre.



    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :