• Guédelie de Crosang

    (personnage de Plume de Choucas)

    Prénom : Guédelie

    Nom  : de Crosang (née de Tourmand)

    Surnom : La Dame de Crosang

    Age : 35 ans

    Sexe : Femelle

    Peuple : Canin

    Apparence et image : Guédelie est un croisement entre le loup et le border-collie. Elle a le poil gris, long et doux, elle prend plutôt soin de sa fourrure. Son museau, le bout de ses pattes et de sa queue sont blanc comme neige, et ses yeux dorés. Elle porte souvent du rouge, couleur de sa famille mais aussi emblème personnel.

    Caractère : Guédelie a un caractère fort, elle ne se laisse pas marcher sur les pieds et ne tolère pas la moindre injure. Elle est une femme, c'est un inconvénient, alors elle a prit l'habitude de compenser par sa force de caractère et son autorité. 

    Elle n'a pas beaucoup d'empathie, et fait rarement preuve de pitié. Des sentiments, elle en a, mais il ne l'arrêtent pas lorsqu'elle s'est fixée un but.

    Elle n'est pas très scientifique, pas très littéraire, mais elle a une intelligence sociale, politique pourrait-on dire. Elle sait s'entourer. Mais si elle juge que quelqu'un lui est inutile ou trop coûteux, elle sait aussi se débarrasser sans états d'âmes : comme je disais, elle ne s'arrête pas à des sentiments comme la pitié ou la compassion. 

    Autour d'elle, on la craint comme on la respecte pour son intransigeance. Elle choisit avec soin ses conseillers. Elle ne tient pas particulièrement à se remarier, mais elle sait qu'elle devra y passer un jour pour perpétrer sa maison. Car il est bon de préciser qu'elle hait les mâles tout autant que les félins.

    Profession exercée : Duchesse de Crosang

    Histoire et famille : Guédelie est l'aînée de la famille Tourmand, première fille avec deux petits frères juste derrière. Elle a été élevée comme une brave petite fille : à faire de la dentelle, de la broderie et des révérences. Pendant ce temps ses frères apprenaient l'équitation, le combat et la chasse. Elle se devait d'être sage et cultivée : on lui apprit l'histoire et la lecture. Elle devait être une bonne épouse : on lui apprit la danse et la politesse. Et surtout, elle ne devait pas se faire trop remarquer : elle n'était "qu'une fille" tandis que le plus grand de ses frères était le joyaux de la famille. Dans cette ambiance misogyne, elle accumulait la rancune patiemment.

    A ses 15 ans, on la maria au duc Louis de Crosang, un loup mal luné et de 10 ans plus vieux qu'elle, mais c'était un tel honneur pour leur famille... Un duc, vous imaginez ! Et leur souverain direct qui plus est. Bref : elle était simplement l'objet d'une tractation pour améliorer les relations entre Tourmand et Crosang. Et elle en était parfaitement consciente. Mais elle replis son rôle avec honneur, brave petite chienne qu'elle était : elle dansa, reprisa, s'inclina et fit des courbette autant qu'il fallu pour contenter le duc Louis.

    Ce manège dura près de 10 ans. 10 ans durant lesquels elle fut la "dame de Crosang", découvrant peu à peu les rouages de la politique dans l'ombre de son mari. Elle n'était toujours "qu'une femme", mais elle était aussi "la duchesse". Peu à peu elle prenait sa vie en main, et acceptait de moins en moins d'injures. 

    Il faut aussi préciser qu'elle n'eut jamais d'enfant, au grand désespoir du duc Louis. Le médecin de Crosang affirme qu'elle est stérile, mais elle le nie de bloc.

    Après ces 10 années (9 pour être précis), son mari partit en guerre contre un seigneur vassal récalcitrant. Il en sortit victorieux... mais sans ses tripes. Le duc Louis n'était plus. Guédelie était désormais maîtresse du château, et en l'absence d'héritier direct du duc, elle se proclama duchesse de Crosang et unique seigneur de ces terres.

    Les femmes au pouvoir son rares, mais existent. Et vu la réputation qu'elle s'était peu à peu forgée, les opposants étaient rares. D'ailleurs, les "rares" terminèrent soit au cachot soit exécutés publiquement pour trahison. Ce qui passa l'envie à d'autre de se manifester.

    Guédelie prenait les choses en main, et elle prouvait qu'elle avait de la répartie en politique. Elle menait d'une main de fer son petit duché et sa simple présence à une réception était une animation en soit. On la craignait et la respectait. Même si, pour obtenir cette déférence, elle était obligée de se montrer dix fois plus sévère que feu son mari : malheur à qui n'a pas payé sa gabelle, ou a qui dira un mot de travers ! Malheur au coq qui osera la réveiller le matin, et malheur au porc qui la regardera un instant de trop !

    Plus récemment, un conflit l'opposa au duc de Montferrant (en même temps, avec ces saleté des félins, c'est bien normal !). Son beau-frère, le frère de Louis de Crosang, souhaitait réclamer le titre et les terres qu'il estimait lui revenir de droit : en l'absence d'héritier mâle, c'est au frère le plus proche que revient le commandement du duché, et non à l'épouse. Mais Guédelie ne l'entendait pas de cette oreille. Alors, allié au seigneur de Montferrant (qui savait avoir gros à gagner dans cette affaire : aider un duc à monter sur son trône, c'était les faveurs assurée en terme de diplomatie pour des années et des années. Une alliance non négligeable.), il la pressa plus fortement. La situation s'envenima peu à peu, et, finalement, éclata. Il faut dire que le roi Roland Haverblanc, depuis son trône de la capitale, était un roi de paix et ne supportait pas les disputes internes. Il aurait tranché la question dans le vif et aucun des deux n'en serait sortit gagnant. Mais beaucoup plus récemment, le roi Roland Havreblanc... a rendu l'âme. Et son fils Sirius est beaucoup plus jeune et inexpérimenté. L'occasion rêvée.

    Guédelie n'a pas attendue longtemps après avoir reçu la nouvelle : elle déclara officiellement la guerre à Montferrant. La meilleur des défenses est l'attaque. Advienne que pourra...

    Blason personnel :

    Guédelie de Crosang

    De gueule au dragon d'argent. On y retrouve l'emblème de Crosang, avec l'argent issus des armoiries de sa famille.

    "Je suis une femme, oui. Et donc ? Je pense que j'ai vu plus de sang dans ma vie que tous vos fantassins réunis. Oui, même sans avoir connu la guerre, stupide imbécile !"


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment



    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :